Cédric Klapisch, l’entre-soi et le vin

Point culminant d’un parisianisme qui s’autoalimente, la série Dix pour cent n’a-t-elle pas été l’épisode de trop dans la filmographie de Cédric Klapisch ? Entendons-nous bien, si la série par ses qualités d’écriture joue de manière ludique et contemporaine avec la fascination du spectateur pour les comédiens (qui sont-ils dans « la vraie vie »), il y a une forme d’impudeur à ce que le monde du cinéma (forcément parisien) filme son entre soi. C’est à la fois un exercice autocritique, à la fois un . . .

Connectez-vous ci-dessous avec vos identifiants pour accéder à l'intégralité de cet article.
Pour créer votre compte cliquez ici, c'est totalement gratuit.

Connexion

 

Les autres publications de Nicolas Reyboubet

Cédric Klapisch, l’entre-soi et le vin

Point culminant d’un parisianisme qui s’autoalimente, la série Dix pour cent n’a-t-elle...
Lire la suite