Vini di vignaioli,
les Italiens sont de retour à Paris !

© Affiche salon Vini di Vignaioli

Après le succès de la première édition parisienne, Vini di Vignaioli, plus grand rendez-vous des artisans-vignerons italiens, investit de nouveau la capitale les 3 et 4 décembre prochains, pour venir faire les yeux doux aux amateurs français de bien-boire.

Le même ? Oui, mais en mieux et en bien plus grand !
Nouvel écrin pour cet évènement, l’espace Durand-Dessert, rue de Lappe à Bastille, accueillera les quelques 80 vignerons qui auront fait le déplacement pour faire découvrir  15 régions représentées par plus d’une centaines de vins. De quoi faire voyager et ravir les hédonistes amateurs de rencontres et de nouvelles sensations vinesques.

Au menu des festivités également…
Le « bien-manger » ne sera pas en reste avec nombre de produits bio italiens proposés à la dégustation. Mais aussi une table ronde emmenée par des figures emblématiques du vin nature venus d’horizons divers, une expo des oeuvres de « dessinateurs du vin », comme notre ami Michel Tolmer, une librairie… et surtout un OFF exceptionnel fait de soirées, de dîners réalisés par des chefs italiens, de dégustations, le tout savamment essaimé dans une quinzaine de lieux de la capitale…

Dans les coulisses du salon
À l’initiative de cet évènement, Christine Marzani, fondatrice de Vini di Vignaioli en Italie. Là-bas, en à peine quelques années, ce salon s’est imposé comme un incontournable parmi ceux imaginés autour des vins sincères, respectueux de l’environnement. En France, Claudia Galterio, oenologue, co-organisatrice des éditions françaises et notamment du OFF impressionnant prévu cette année, est l’autre personnage clé du salon. C’est elle qui a l’idée de proposer à Christine  faire voyager ce concept et son succès péninsulaire, afin de lui donner sa chance en France. Pari réussi si l’on en croit la montée en puissance de l’évènement qui attend cette année un public deux fois plus nombreux.

L’intégralité du programme et la liste des vignerons présents

Vini di vignaioli
Dimanche 3 et lundi 4 décembre 2017
de 10h à 19h (18h30 le lundi)
Entrée 10€


2 questions à Christine Marzani, fondatrice de Vini di Vignaioli

– Où en est le vin naturel italien à date ? Faudrait-il selon vous encadrer celui-ci par une législation appropriée ?
« La situation du vin naturel en Italie progresse et on voit de plus en plus de jeunes domaines qui s’engagent à respecter les chartes des associations existantes. Les associations sont assez nombreuses et les chartes très proches les unes des autres. Moi même en tant qu’organisatrice de salon j’ai accepté de signer un accord avec 2 associations italiennes afin de mettre des barrières à l’adhésion de vignerons qui pensaient faire du vin naturel et qui en sont encore loin, ou d’autres de temps en temps qui dévient.

Le projet est ambitieux et compliqué à mettre en place mais je pense que cela vaut le coup d’essayer, et nous demandons à chaque vigneron de s’engager. Cela n’est pas une énième association de vignerons, c’est juste un engagement qui permet aux organisateurs de salons d’avoir un éclairage plus fort sur les vignerons qui participent à ces salons, et ainsi d’offrir à un public une certification des vins qui leur sont proposés en dégustation… Public toujours plus large, curieux et éduqué dans la dégustation des vins naturels.

Il y a déjà eu des enquêtes de faites et un livre a retracé le vin naturel en Italie, c’est assez complexe selon que l’on soit au nord ou au sud…. Mais pour ma part je constate qu’il y a de plus en plus d’ efforts réalisés par de jeunes vignerons, et je refuse le mot « mode » pour le vin naturel, sachant que pour l’instant un « certain » flou persiste quant à la définition de celui-ci. D’ailleurs dimanche 3 décembre, lors de la Table Ronde,  nous parlerons encore et encore de ce sujet auquel Vini di Vignaioli, mais aussi tout ceux qui aiment le vin naturel, sont très attachés. Nous ne savons pas si la France est en tête ou si c’est l’Italie qui est en avant ! Mais pour ma part étant sur les deux pays, je constate que chacun essaye d’offrir sa définition du vin naturel. La France a une association comme l’AVN qui fut la première à présenter le terme « vin naturel » avec tout ce qui s’en suit : interdiction du mot et amendes dans un pays comme dans l’autre… »

– Qu’est-ce qui a motivé votre envie de faire un salon des vins italiens en France ? Existe-t-il une initiative semblable à la vôtre pour les vins naturels français, en Italie ?
« Un salon des vins italiens en France… je dois remercier la jeune génération, avec l’insistance de Claudia Galterio, œnologue, et son acharnement à présenter en France des vins naturels italiens ! C’était pour elle une évidence d’organiser un salon italien de vins natures à Paris. Les italiens ont toujours été présents dans la capitale et en France aussi, nous ne parlerons pas du triste épisode de l’émigration mais on sait aujourd’hui qu’on  choisit Paris pour un certain style  de vie et de culture  et  que toute les grandes villes offrent une  vie différente, les jeunes voyagent et sont avides de découvertes. Donc il était devenu indispensable d’organiser Vini di Vignaioli à Paris. Les parisiens sont curieux, les vins italiens sont synonymes de vacances, de voyages il y a une très forte envie de les découvrir.
En Italie il y a des salons qui invitent des vignerons français mais il n’y a pas encore un salon qui leur soit dédié. Attendons, cela viendra peut-être, mais l’histoire des deux pays est très différente. Il y a déjà la magnifique villa Médicis à Rome peut-être qu’un jour on y verra une dégustation franco-française de vins naturels. »

 

Plus d’articles de Olivier Pascuito

Omnivore se pose à Paris du 6 au 8 mars 2016

Avec une onzième édition très attendue, Omnivore World Tour, qui se veut...
Lire l’article