La sexualité de l’oursin

C'est l'un des rares animaux dont on ne mange que les organes sexuels. Un acte hautement érotique, mais de plus en plus dévoyé. Nous vivons une époque obscène, et nous trouvons ça formidable.
Lorsque Pierre Gagnaire décrit la saveur des oursins, il s'enflamme : « Elle est d’une complexité inouïe, à la fois amère et sucrée, radicalement marine et légèrement fumée, avec des goûts de noisette, de miel et même de sang ! La texture est crémeuse et fugace. C’est une sensation extrême, presque sexuelle. » Pourquoi . . .

Connectez-vous ci-dessous avec vos identifiants pour accéder à l'intégralité de cet article.
Pour créer votre compte cliquez ici, c'est totalement gratuit.

Connexion

 

Écrit par
Plus d’articles de Camille Oger

Le câprier, pour les gros nuls

Il n’a jamais soif et il résiste à tout, sauf au froid :...
Lire l’article