Cher Cochon

Illustration : Delphine Brunet
Énième soubresaut du système agro-industriel français, la fièvre « porcine » qui couvait depuis deux ans déjà a fulminé ces derniers jours et trouvé tout l’écho qu’elle mérite dans les médias, signe supplémentaire de l’intérêt que les Français portent à leur alimentation…

Énième soubresaut du système agro-industriel français, la fièvre « porcine » qui couvait depuis deux ans déjà a fulminé ces derniers jours et trouvé tout l’écho qu’elle mérite dans les médias, signe supplémentaire de l’intérêt que les Français portent à leur alimentation…

Les éleveurs français sont certes les victimes d’un système massifié, d’une politique du volume dont les principaux bénéficiaires sont les distributeurs, et ce lieu commun a été déclamé sur tous les tons… Mais, caché derrière ces bégaiements, il est un paradoxe qui en dit long sur notre manière schizophrénique de concevoir et de juger la production animale. Pendant des décennies, les politiques agricoles, la FNSEA ont promu le modèle productiviste, seul à même de pouvoir atteindre un soi-disant équilibre économique viable. Dans le même temps, la tradition française de l’élevage « familial » a perduré avec des exploitations de taille limitées, coutume fortifiée par un refus définitif de l’opinion des « fermes industrielles » comme on en trouve en Europe du Nord, en Allemagne et dans lesquelles les animaux ne se comptent plus par centaines, mais milliers… Une massification entraînant de facto, une baisse des coûts, laissant hors marché notre modèle hybride et hésitant.

consommer moins, consommer mieux en acceptant le prix de la qualité

Du coup, les grandes questions se posent : perdurer dans ce dispositif boiteux en perfusant la production française ou adopter les fermes géantes et concurrencer les géants du secteur ? Pour 180°C, entre deux mots, autant n’en choisir aucun et imaginer autre chose : consommer moins, consommer mieux en acceptant le prix de la qualité….

Plus d’articles de Stephan Lagorce

La frisée aux lardons et son oeuf frit :
vade retro satanas

Recette de Stephan Lagorce, publiée dans la revue 180°C n°8, p 131Afin...
Lire l’article