Dø gaulois chez les Vikings !

DØ GAULOIS CHEZ LES VIKINGS
Photos : Eric Fénot
À 1h30 de Paris, Copenhague, c’est pas si loin ! Une ville attachante et pleine de surprises, des vélos partout bien sûr, prioritaires sur les voitures et même sur les piétons, beaucoup de jeunes, grands et blonds cela va de soi…

À 1h30 de Paris, Copenhague, c’est pas si loin ! Une ville attachante et pleine de surprises, des vélos partout bien sûr, prioritaires sur les voitures et même sur les piétons, beaucoup de jeunes, grands et blonds cela va de soi…Des cafés cocons en demi sous-sol ou demi étage peuplés d’étudiants chevelus munis d’ordi à la pomme et de quadras barbus accompagnés d’enfants, très blonds eux aussi. On y cause en mangeant des « smorrebrod » (il faut barrer les “o”, soit  ø et les prononcer « eu »), sorte de tartines de pain noir garnies de victuailles fraîches et locales qui s’empilent déraisonnablement pour vous aider à vous en mettre partout, pauvre touriste que vous êtes !

180C_DØ GAULOIS CHEZ LES VIKINGS 2

Smørrebrød : plus facile à déguster qu’a prononcer.

 DØ GAULOIS CHEZ LES VIKINGS

La prøve…

Le Noma semble souffler un peu partout un vent de bonnes choses à se mettre sous la dent. Et bien oui, il est possible dans ce pays d’échapper aux Macdo et autres Starbuck, ouf !

Foodtrøck

Papirøen, un vaste hangar désaffecté, dans le quartier de Christianshaw abrite une vingtaine de Food-trucks où chacun propose sa spécialité.
Au bord de l’eau, sur de grandes tables en bois brut au soleil ou sous la pluie des hot dog écologiques sont proposés chez Polse, du cochon au BBC chez Oink-Oink, des plats thaï, coréen, des pizzas, de lastreet-food de Marrakech, un bouge d’Anatolie, des smorrebrods typiques, des plats brésiliens, un glacier home-made, un « kaffe » organic, des fish&chips, des bars, une cabane à cheesecake ou une autre à pancakes…Dehors, les containers en tôle ondulée se sont transformés en cabanes à pique-nique et vous accueillent pour une petite sieste au soleil entre midi et deux, sur de gros poufs colorés. La cool-attitude incarne ce lieu. On y croise des brochettes de copines avec leurs poussettes, des jeunes et des moins jeunes, des touristes ou des gars en costards venus casser une graine…À l’intérieur, les néo-babos ne perdent pas le nord quand il s’agit de fixer les prix ! 6 € la part de cheesecake ou 3 € la petite bouteille d’eau, c’est dépaysant à tous points de vues !

DØ GAULOIS CHEZ LES VIKINGS

Papirøen : les Foodtrøcks entre ø.

Chez ø, c’est miø !

De grosses baffles diffusent du Bowie ou du Gainsbourg… Tran-quille…
Loin de la cohue qui règne dans les lieux alternatifs de notre capitale où dès qu’une adresse un peu sympa ouvre, elle est aussitôt prise d’assaut par une foule déchainée et agressive qui serait prête à mordre pour en être.
Comme s’il fallait être là tous en même temps au même endroit pour ne pas être en reste…Sommes-nous trop nombreux ? Trop excités, stressés, trop moutons ?
Ici, les gens déambulent tranquillement et ça fait du bien. C’est un midi de milieu de semaine et aucune bousculade en vue, 5 minutes de queue tout au plus. C’est vaste et intime à la fois. Ça nous change des files d’attente sous la pluie pour manger dehors et debout un burger hyper hype !
À suivre donc…

Déliciø !

Le soir chez Höst, on change d’atmosphère. Ambiance feutrée, un peu chic mais décontractée.
Là encore le Noma à saupoudré ses paillettes sur la gastronomie danoise.
Le décor, à la scandinave tout de matières nobles vêtu, mélange subtilement des tables dépareillées et recyclées, des murs en pierre et des sols en béton ciré. Quelques arbres sont plantés au centre de ce lieu intime et branché.
Les menus à 325 DK ou 425 DK déclinent moultes surprises, petites bouchées, jolis bouillons et une farandole de plats inspirés et délicieux. Un rapport qualité/prix imbattable et réjouissant.
Beaucoup de goûts se mélangent et se télescopent. Une certaine confusion en découle, fatalement. Une volonté d’épater un peu la galerie en proposant des contrastes osés entre produits nobles et chers et ingrédients ordinaires…
Cela donne du homard servi sur une branche de genévrier en flamme accompagné de céleri rave et d’une pâte de poulet frite égarée au milieu de l’assiette !
C’est conceptuel, il faut étonner en oubliant parfois la simplicité si difficile à maitriser.
Mais c’est une très belle et bonne découverte qui laisse un souvenir gustatif décoiffant et raffiné.

HÖST
Norre Farimagsgade 41
1365 Kobenhavn K
http://www.cofoco.dk/
hoest@cofoco.dk
+45 89 93 84 09
Deux menus dégustation, avec le vin pour 960 DK (environ 130€ pour 2)

 

Plus d’articles de Delphine Brunet

Concombre glacé

Recette de Delphine Brunet, publiée dans la revue 180°C n°1, p 90Afin...
Lire l’article