Marie-Thérèse Chappaz, notre première femme de quilles !

marie-therese-chappaz-temp-180c
© 180°C - Texte Sylvie Augereau - Photographie Vincent Baldensperger

On vous le disait dans le 1er numéro de 12°5, le vin n’est pas qu’une histoire d’hommes ! Quel meilleur exemple que celui de Marie-Thérèse Chappaz, notre première femme de quilles, mondialement connue pour la qualité de son travail dans les vignes et des incroyables vins auxquels elle donne vie. Elle n’en est pas moins discrète et d’une modestie déconcertante… Aussi, pour la débusquer, notre équipe – en la personne de Sylvie Augereau et Vincent Baldensperger – a dû braver les pentes vertigineuses de son Valais suisse natal : Une rencontre au sommet !

marie-therese-chappaz-temp-180c
© Photographie Vincent Baldensperger

Avec un grand oncle, qui a su user de son pouvoir d’homme d’état pour transfigurer ce canton esseulé et redonner à la terre sa vraie valeur, un père avocat qui adorait le vin et un oncle Maurice Chappaz, poète émérite dont la plume célébrait le vin comme nulle autre, Marie-Thérèse a de qui tenir. C’est au cœur même des vignes qu’elle a choisi de s ‘exprimer, de laisser « sa » trace, concédant tout de même qu’elle voulait au départ être sage-femme.

Les débuts sont difficiles, surtout lorsqu’on est seule, sans personne pour aider à la vigne. Car si la jeune vigneronne a de sérieuses compétences en œnologie, son manque d’expérience entre les rangs se fait sentir et l’épuise. La solution sera donc d’augmenter la surface et de fédérer une petite équipe autour de son noble projet. Ils sont aujourd’hui 6 pour 11 hectares dont 5 ne sont pas accessibles par la route.

© 180°C - Texte Sylvie Augereau - Photographie Vincent Baldensperger
© 180°C – Texte Sylvie Augereau – Photographie Vincent Baldensperger

En 1997, Marie-Thérèse tente une nouvelle aventure, celle de la biodynamie, avec cette volonté de laisser d’avantage s’exprimer la vigne et in fine ses vins. Moins d’intrants, moins d’intervention… Un bon sens que Marie-Thérèse cultive et partage désormais avec ceux qui veulent apprendre. Comme toujours en biodynamie, il faut procéder à tâtons, naviguer à vue, expérimenter et surtout échanger, partager avec les autres vignerons qui comme elle ont choisi d’embrasser cette philosophie.

Le résultat est là aujourd’hui et Marie-Thérèse, qui travaille par terroir, peut-être fière des 25 vins blancs et rouges auxquels elle a su donner vie à force de travail, de passion et de pugnacité.

Le magnifique article consacré à Marie Thérèse Chappaz est à découvrir dans le 1er N° de 12°5, disponible sur notre boutique en ligne.
En savoir plus sur Le Domaine Chappaz
Plus d’articles de Olivier Pascuito

Les Cahiers de Delphine arrivent !

Chers lecteurs de 180°C, “Les Cahiers de Delphine” sont enfin imprimés ! N’oubliez...
Lire l’article