La poutargue de Martigues

© 180°C - Photographie Éric Fénot

« Le caviar de la méditerranée », voilà comment on surnomme la fameuse poutargue de Martigues, au menu du numéro 7 de la revue. Au bord du canal qui relie l’étang de Berre à la Méditerranée, 180°C a rencontré Gilbert Lepra et son équipage haut en couleurs… Les derniers sur Martigues à pratiquer une pêche ancestrale et préparer un mets devenu – comme l’écrit notre rédacteur en chef Philippe Toinard – « luxueux par sa rareté ».

Installés dans le petit cabanon en dur maquillé d’un bleu qui semble avoir été délavé par le soleil et les embruns marins, Gilbert et son équipe nous attendent. C’est là que tout se fait, là que depuis la terrasse ils manœuvrent plusieurs fois par jour le calen, un filet de 80 m de long sur 12 de large qui traverse le canal et capture, entre autres, les mulets quittant l’étang de Berre pour aller frayer en mer. Là encore que les hommes, parés de leurs combinaisons jaunes, embarquent sur de petites barquerolles à fond plat et gagnent l’autre rive pour récupérer à la main le mulet tant convoité, venu se prendre dans les mailles dudit calen.

La découpe des ouïes à l’anus, un geste chirurgical

La poutargue de Martigues
© 180°C – Photographie Éric Fénot

Gilbert, le geste sûr, se chargera ensuite d’extraire avec une précision chirurgicale les précieuses poches d’œufs de mulet qui sont ensuite lavées, égouttées, salées et mises sous presse avant d’être séchées… Et oui, la poutargue est un met qui se mérite, on comprend pourquoi celle-ci est vendue autour de 180€ le kilo.

La poutargue de Martigues
© 180°C – Photographie Éric Fénot

Mais comme toujours, la pêche c’est surtout une affaire de patience !

En attendant de voir ce que la prochaine levée apportera comme trésor, le cabanon devient un vrai lieu de vie où l’équipage trompe le temps en tapant le carton avec les amis de passage, le tout à coups de grandes rasades de pastis… On vous l’avait dit : pour ce numéro 7, notre équipe 180°C a vraiment pris tous les risques !

Le reportage “Piège en eaux calmes”, à découvrir au menu du #7 de la revue 180°C – Textes de Philippe Toinard / Photographies Éric Fénot
Plus d’articles de Olivier Pascuito

Maison Bremond 1830 : On dirait le sud…

Paris, dans la très touristique rue des Martyrs, au n°9, se dresse...
Lire l’article