Veiller au grain :
Quand la grande distribution soutient la fraise d’Espagne

fraise-espagne
© 180°C
LoadingAjouter cette recette à mon carnet de recettes

Au printemps 2020, en plein confinement, Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, après avoir martelé que les producteurs d’asperges et de fraises avaient besoin de main d’œuvre pour les récoltes et incité les Français n’ayant plus d’activité à s’engager, avec le soutien du gouvernement, dans l’opération « des bras pour ton assiette », reprenait son bâton de pèlerin médiatique pour cette fois, appeler à « Mangez Français ! »

Dans la foulée, elle se félicitait de la mise en avant des fraises et des asperges « made in France » dans la grande distribution.

Effectivement, en quelques jours, toutes les enseignes, à grand coup de campagnes de communication, annonçaient leur soutien opportuniste à l’agriculture française et les promotions sur les fraises et les asperges françaises fleurissaient dans les rayons à côté des habituelles promotions pour les mêmes produits venus de pays voisins.

Naïvement, nous étions en droit de penser qu’un an plus tard, ces mêmes enseignes auraient conservé cet état d’esprit et compris qu’il fallait, en priorité, défendre les produits issus de l’agriculture française.

On y a cru un instant en janvier dernier quand Carrefour, par la voix de son directeur des produits frais et traditionnels, annonçait fièrement qu’il n’y aurait pas de fraises en janvier dans les rayons de cette enseigne : « ce n’est pas de saison, elles manquent terriblement de goût… ». Et tous nos confrères de reprendre et de saluer cette grande nouvelle.

Soyons clairs, on ne va pas applaudir une enseigne qui jusque-là, vendait des fraises hors saison avec un impact environnemental terrifiant et qui découvre qu’elles sont meilleures au printemps !

Mais, parce qu’il y a un mais, quelle ne fut pas notre surprise en écoutant un spot radio daté avril 2021 qui annonçait les barquettes de fraises de 500 grammes à 0,95 euros chez Carrefour soit 1,90 euros le kilo. On tique sur le prix en pensant à ce pauvre producteur qui ne doit pas gagner grand-chose mais en écoutant les modalités pratiques à la fin du spot, qu’entend-on ? Que les fraises viennent d’Espagne !

Résumons, il y a un an, les grandes enseignes venaient au secours de la filière française. Quelques mois plus tard, l’une d’entre-elles nous faisait croire qu’elle avait compris le sens des saisons et dès le mois d’avril, cette même enseigne nous inondait de spots pour nous annoncer une magnifique promotion sur… les fraises d’Espagne.

C’est ça le monde d’après ?

Philippe Toinard – Rédacteur en chef de la revue 180°C

Plus d'articles de Philippe Toinard

B.WAG, les boeufs du marais

Ajouter cette recette à mon carnet de recettesPetit à petit, le boeuf...
Read More