180°C des recettes et des hommes – n°17

20,00 

“Petit à petit…”
De César Troisgros, digne héritier d’une impressionnante lignée de chefs, qui choisit de proposer une cuisine où se conjugue saisonnalité et biodiversité, en passant par un producteur laitier repenti, reconverti dans l’élevage de volailles de haut vol, sans oublier Maxime de Rostolan, fervent défenseur de l’agroécologie et fondateur de l’association Fermes d’avenir, qui promeut sans relâche et sur tous les fronts, les bénéfices du modèle d’agriculture paysanne… Les choses bougent. Quant aux consommateurs, ceux qui ont le véritable pouvoir, celui de choisir, celui de consommer mieux et avec raison, de leur côté aussi les bonnes initiatives ne sont pas en reste : circuit-court, mise en place de compost, retour au fait-maison…
Ce nouveau numéro, comme les précédents, leur est intégralement consacré, chefs, producteurs, acteurs et consomm’acteurs, qui ont décidé, comme un seul homme, de changer dès aujourd’hui, afin de mieux façonner « demain ».

En stock

Catégorie :

Description

Petit à petit, l'oiseau fait son nid

L'édito de 180°C #17

Un agriculteur autrefois en conventionnel, converti au bio qui plante 1 000 arbres pour s’excuser d’avoir saccagé notre environnement; un chef qui en dix-huit mois décide de ne cuisiner dans son établissement que des matières premières produites dans un périmètre inférieur à 70 kilomètres, quitte à perdre une partie de sa clientèle ; plusieurs de ses confrères qui s’engagent à ne plus acheter de poissons issus de la pêche électrique ; un couple et ses enfants qui installent au fond du jardin un compost pour réduire leurs ordures ménagères et améliorer la vie des sols de leur potager ou de leurs plantes d’intérieur ; une famille qui ressort la yaourtière pour fabriquer ses propres yaourts dans des pots en verre réutilisables ; vous, moi, nous qui refusons le sac plastique tendu par l’épicier du coin qui continue, malgré la loi, à le proposer ; des agriculteurs qui se regroupent en magasin de producteurs pour redynamiser les centres-villes et vendre en direct aux particuliers le fruit de leur travail ; vous, moi, nous qui achetons en circuit court ; une cantine scolaire qui passe au 100 % bio ; vous, moi, nous qui privilégions les paniers de légumes bio… Continue-t-on à dérouler la liste des actions menées ?

Il est indéniable que la prise de conscience est réelle, que nous sommes nombreux à changer nos habitudes pour que le monde agricole gagne un peu mieux sa vie, pour que notre alimentation soit plus respectueuse des saisons, pour que, à notre petite échelle, notre environnement soit de meilleure qualité. Sauf que, parfois, on se demande si tout cela a un sens. Quand on apprend, par exemple, que la Chine a inauguré une ferme de 100 000 vaches, qui pollue les nappes phréatiques pour produire 800 millions de litres de lait par an, que le Brésil, qui en est le premier consommateur au monde, a récemment approuvé la mise sur le marché de 121 nouveaux pesticides ou encore que, en France, le Conseil constitutionnel a censuré une partie de la loi Egalim (pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous). Adoptée à l’Assemblée nationale, elle permettait à quiconque de donner, d’échanger mais aussi de vendre des semences de variétés non inscrites au catalogue officiel à des utilisateurs non professionnels, jardiniers amateurs et collectivités principalement. Les sages du Conseil constitutionnel en ont décidé autrement, mettant, au passage, un coup d’arrêt aux avancées pourtant saluées par les défenseurs de la biodiversité.

Alors, que faire face à ces inepties ? On baisse les bras ou on se retrousse les manches ? Évidemment, on opte pour la seconde proposition parce que ces petits gestes du quotidien mis bout à bout niront par payer et, pourquoi pas, faire vaciller les grands argentiers de l’agro-business qui préfèreraient que l’on rentre dans le rang.

Philippe Toinard, rédacteur chef de 180°C.

Informations complémentaires

Poids 780 g
Dimensions 28 × 21 × 1.6 cm
Date de parution

20 juin 2019

Pagination

192 pages sans publicité