Quiche sans Kiri® ni St Môret®

quiche-sans-kiri-ni-st-moret
© 180°C - Stylisme Delphine Brunet / Photographie Éric Fénot
La quiche est habituellement un exemple de fadeur exubérante. Elle est celle qui “rappelle à l’amnésique qu’il a tout oublié”, dixit Pierre Desproges le Grand. Mais ici, en banissant les “spécialités fromagères”, la recette retrouve quelques couleurs.

 

Quiche sans Kiri ni St Môret

Point fort : difficile de faire plus convenu
Point faible : Pourrait être plus long à préparer
Point remarquable : Pour une fois, cette quiche a du goût

Pour une assemblée anosmie de 4 ou 5 participants, environ

Pâte brisée :
250 g de farine
130 g de beurre, ramollo ++
1 jaune d’œuf
5 g de sel fin
5 cl d’eau

Tout le reste :
0 g de St Môret® ou Kiri®
2 courgettes (jaunes, vertes, rouges…)
100 g de ricotta
2 œufs
2 jaunes d’œuf
6 oignons nouveaux (avec fanes, svp)
20 cl de lait
15 cl de crème fraîche
4 c. à s. de parmesan
4 pincées de thym frais
Quelques feuilles de romarin frais hachées
Plein de feuilles de basilic
Huile d’olive
Sel et poivre

 

1/ Un petit effort. Préparez la pâte brisée : dans un saladier, dans un robot hors de prix, sur la table, par terre, massacrez tous les ingrédients en même temps et obtenez une boule. Pas d’excès de zèle toutefois, ne pétrissez pas sinon vous ne pourrez pas l’étaler, ce qui est toujours vexant. Laissez la pâte bander un peu dans le réfrigérateur. NB : Il est formellement interdit d’acheter une pâte du commerce.

2/ Rien de bien original… Coupez les oignons comme bon vous semble avec la partie comestible de leur fane. Laquelle ? La bonne. Faites cuire à la poêle avec de l’huile d’olive pendant 4 ou 5 minutes, sortez du feu. Sans pitié, éliminez les extrémités des courgettes, encore vivantes. Coupez-les dans la longueur en tranches de 2 ou 3 millimètres… Bon courage.

3/ Aucun intérêt Si vous êtes toujours là, préchauffez le four à la température mythique de 180 °C. Dans un saladier, mélangez le lait, la crème, la ricotta, le parmesan, (St Môret® interdit) les œufs, les jaunes, le thym, le romarin et quoi d’autre encore ? Ah oui, les oignons cuits. Étalez la pâte, glissez-la dans un moule de 25/28 cm, à bords hauts (4 à 5 cm). Versez dedans toute la mixture précédente. (Évidemment, le moule a été recouvert de pâte brisée, est-il besoin de le dire ?)

4/ Quel pensum… Ajoutez les feuilles de basilic (oui, bien sûr : en les répartissant) et les courgettes. Essayez de faire tenir les tranches un peu droites, de sorte que l’on puisse voir la fine dentelle de leur peau verte à la surface de cette piscine. Laissez cuire la chose dans le four pendant 35/40 minutes. Sortez du four. Servez aussitôt la quiche aux enfants et faites-vous griller une belle entrecôte.

À SAVOIR Malgré toutes les pressions et le consensus général des bloggeuses & foodistas, l’auteur de cette recette et toute la rédaction ont su dire « non » aux  Kiri® et St Môret®, envahisseurs éhontés et habituels des recettes de quiche. Pour cette audace, ils méritent soutien, encouragements et même des applaudissements !

© 180°C – Textes et recettes Stéphan Lagorce / Stylisme Delphine Brunet / Photographies Éric Fénot 

Une recette extraite du #5 de la revue 180°C

More from Stephan Lagorce

Étrange poêlée de choux de Bruxelles au lard fumé et miel

Recette de Stephan Lagorce,  publiée dans la revue 180°C n°10, p 118...
Read More