Paul Meunier, exilé volontaire !

Paul Meunier, exilé volontaire ! 1

Au domaine familial de sa Bourgogne natale, Paul Meunier a préféré le Roussillon pour asseoir sa vocation vigneronne. Le bonhomme ne le regrette pas et, vu la qualité de ses vins, nous non plus !

Paul Meunier, exilé volontaire ! 2

Ces quinze dernières années, la vallée de l’Agly, dans l’intérieur du Roussillon, a pris des airs d’eldorado pour vignerons venus d’ailleurs. Pourquoi débarquer par là quand on n’est pas autochtone ? Pour des paysages spectaculaires et puissants, pour le foncier pas cher, pour ses terroirs à haut potentiel… Quelques grandes signatures du vignoble français ont investi dans le coin et de jeunes producteurs y ont aussi trouvé les parcelles pour assouvir leur rêve vigneron.

Paul Meunier et Lucile Morin y ont créé leur domaine en 2014, à partir de vignes rachetées à des coopérateurs. Et l’histoire se révèle plutôt singulière. Paul est bourguignon d’origine et sa famille possède un domaine sur la Côte-de-Nuits : a priori aucune raison d’échapper à ce bel héritage. Seulement voilà… Depuis tout jeune, Paul voue un culte aux vins doux naturels et un intérêt modéré pour son vignoble de naissance… Le Roussillon, il le découvre à la faveur de son stage de BTS au domaine de la Rectorie, à Banyuls, avant d’également travailler au Portugal sur les portos.
L’idée fait petit à petit son chemin de se poser dans le grand Sud et se concrétise donc en 2014 du côté de Centernach, dans les collines aux alentours de Maury. Cinq millésimes plus tard, Paul et Lucile oeuvrent sur une dizaine d’hectares de vigne très morcelée, sur les communes de Maury, Saint-Paul-de-Fenouillet, Centernach et Lesquerde. D’où une intéressante diversité de terroirs entre schistes noirs, argilo-calcaires et arènes granitiques. Leurs grands principes de travail ? Le couple fait sa « petite cuisine » bio – la sœur de Paul est aussi présente sur le domaine pour la traction animale – avec quelques emprunts à la biodynamie et au « nature ». Paul et Lucile limitent les interventions, se remettent sans cesse en question et développent de plus en plus l’agroforesterie avec la plantation d’arbres qui permettent notamment de créer de l’ombre et d’atténuer les effets asséchants d’une tramontane parfois furieuse.

En connaissance de plus en plus intime avec leurs différents terroirs aux expressions originales, ils dédient à chacun un style de vins, les blancs sur Saint-Paul-de-Fenouillet, les vin doux naturels et quelques rouges secs sur Maury, les autres rouges secs sur Lesquerde et Centernach. Leurs cépages ? Grenache, carignan, lledoner pelut et syrah pour les rouges, macabeu en grande majorité, grenache gris, grenache blanc et muscat pour les blancs.

Nombre de leurs parcelles étant complantées, ils pensent « plus terroir que cépage ». « Un peu à la bourguignonne », comme dit Paul, ils pratiquent des vinifications parcellaires très fines, gardent les vins séparément le plus longtemps possible avant assemblage. Au générique du domaine Paul Meunier-Centernach, trois rouges secs, deux blancs secs et trois vins doux – un maury blanc, un maury vin doux naturel et un muscat de Rivesaltes. « On essaie de faire les vins qu’on aime », explique Paul, « on aime la fraîcheur, on évite trop de sucrosité, et on ne veut surtout pas de lourdeur ». Pour arriver à ça, ils commencent par vendanger à des maturités pas trop poussées. Les rouges secs sont élevés en fûts – pas neufs – et dans quelques amphores sur des périodes assez longues pour détendre les vins, leur prêter de la rondeur tout en préservant le fruit, et adoucir les tannins. D’après Paul, « jusque-là, les blancs manquaient de fraîcheur, on était sur de trop gros degrés. C’est pourquoi cette année on a vendangé un peu plus tôt ».
Des vins doux, ils ne veulent pas faire des apéritifs mais des cuvées vineuses : pendant l’élevage, ils cherchent des extractions assez fortes pour construire une structure tannique qui a l’avantage de contrebalancer les sucres.

Regrettent-ils leur installation dans le Roussillon ? « Pas du tout. Même si c’est économiquement plus difficile qu’en Bourgogne, ici on a la lumière. Et du sec au doux, on peut tout faire, on s’amuse beaucoup ! ». Et nous, on se régale avec leurs vins !

Paul Meunier, exilé volontaire ! 3

Retrouvez les vins de Paul Meunier en vous abonnant sur le site www.viamo.fr,
la box des vins dédiée à tous les grands vins au naturel (bio, biodynamiques, nature…)
Paul Meunier, exilé volontaire ! 4

 

Autres portraits de vignerons à lire sans modération :

 

– Guilhem Barré –

Paul Meunier, exilé volontaire ! 5

 

– Frederic Palacios –

Paul Meunier, exilé volontaire ! 6

 

– Fred Lailler, un gars du cru –

Fred Lailler Domaine Bregeon

 

– Nicolas Ferrand, Savoie nouvelle vague –

Paul Meunier, exilé volontaire ! 7

 

– Laurent Barth, vigneron à haute densité –

Laurent Barth

Written By
More from Pierrick Jégu

Fred Lailler, un gars du cru

Né dans le Muscadet, le vigneron Fred Lailler est devenu, en toute...
Read More