Le Minervois, au galop !

LoadingAjouter cette recette à mon carnet de recettes

Le Minervois, au galop !

Mise en valeur de ses terroirs, pratiques de plus en plus respectueuses, intelligence collective, l’appellation Minervois se place comme l’une des locomotives du vignoble languedocien

Prendre du recul pour comprendre ! Des routes les plus élevées du Minervois, on voit au loin, par temps clair, se découper la chaîne pyrénéenne. Spectacle superbe ! Surtout, grimper sur quelques-unes des crêtes de l’appellation languedocienne permet d’en appréhender le dessin. À cheval sur l’Aude et un petit coin de l’Hérault, cette vaste AOP s’étend, d’est en ouest, des hauts de Narbonne jusqu’aux portes de Carcassonne et, du Sud au Nord, du Canal du Midi au causse et aux contreforts de la Montagne Noire.

Un vaste amphithéâtre qui regarde vers le sud, riche d’une géographie multiple et d’une grande diversité de terroirs. La carte géologique distingue de nombreuses nuances de sols, galets roulés, grès, schistes, calcaires, marnes calcaires ou encore marbre rose.

Le Minervois, au galop !
© Photographie LCVision

L’altitude ? Entre les rives du célèbre canal, les coteaux, le causse et la montagne, le vignoble est étagé entre 50 et presque 600 mètres. Le climat ? Il se conjugue lui aussi au pluriel, en fonction de multiples éléments, l’altitude, la proximité ou l’éloignement de la Méditerranée, ou encore l’exposition aux vents, le Cers, sec et chaud, et le Marin, venu de la mer et plutôt humide. Le vin qui coule d’ici est en majorité rouge, issus des cépages syrah, grenache, carignan, cinsault et mourvèdre, également vinifiés en rosés. Les blancs naissent de grenache blanc, bourboulenc, maccabeu, marsanne et roussanne, mais aussi du muscat petit grain pour l’AOP Saint-Jean-de-Minervois.

Des pratiques respectueuses
Le décor est planté… mais pas figé ! Car une appellation est, au-delà des conditions naturelles, une affaire d’hommes et de femmes qui l’animent. Et, de ce point de vue, le Minervois montre un sacré dynamisme. Comme le reste du Languedoc, il fut autrefois un peu toisé, jugé bon à ne donner que du jaja sans grande ambition. Et puis, à partir du milieu des années 90, la région a commencé à émerger de cette prétendue « fatalité ». Le Languedoc et le Minervois – devenu AOC en 1985 – seraient donc capables de donner des vins de qualité !

Dans le sillage de quelques vignerons pionniers, d’autres ont suivi, eux-mêmes imités à leur tour par les nouvelles générations installés à la tête de domaines familiaux et par des néo-vignerons venus d’ailleurs…

Minervois
Au-delà des conditions naturelles, l’appellation Minervois c’est l’affaire des hommes et femmes qui l’animent, des vignerons pionniers tout comme ceux, néo-vignerons, qui leur ont emboîté le pas. – © Photographies LCVision

Résultat : depuis une bonne vingtaine d’années, le Minervois ne cesse de démontrer tout son potentiel en bouteilles et de se réinventer sur les bases de terroirs à forte identité.

« Les vignerons ont beaucoup bossé », explique Bertrand Cros-Mayrevieille, fils de vigneron et responsable de la communication de l’appellation. Une remise en question liée à une prise de conscience très partagée : la nécessité de faire évoluer les pratiques viti-vinicoles vers davantage de respect du terroir. Avec la motivation d’affirmer encore la qualité et l’identité des vins, de s’inscrire dans une démarche environnementale et durable, et de s’adapter aux effets du réchauffement climatique. « Aujourd’hui, ce sont 70 à 80 % des producteurs qui sont engagés dans une certification environnementale, HVE, bio ou encore biodynamique », décrit Bertrand Cros Mayrevieille.

Minervois
Bio, biodynamie… Cette prise de conscience collective de la nécessité de faire évoluer les pratiques viti-vinicoles vers davantage de respect du terroir, a indéniablement servi la qualité des vins produits dans le Minervois. – © Photographies LCVision

Frédéric Schwertz, au domaine des Maels, mène ses quinze hectares en bio depuis dix ans et applique aussi les principes de l’agroforesterie, en plantant des haies autour et des arbres dans les parcelles. Il remarque que ses « vins aujourd’hui ont plus de fruits, plus de longueur, d’équilibre et de fraîcheur ». Plus largement, à propos du Minervois : « ça bouge, c’est actif, ça va dans le bon sens ». Même son de cloche au domaine du Somail : « de plus en plus de vignerons m’appellent à propos de la biodynamie, notamment la génération des 30-40 ans », rapporte François Fabre, lui-même engagé dans cette démarche depuis 2013. Et la multiplicité des initiatives individuelles finit par forger une grande cohésion au sein de cette appellation pourtant assez grande.

Tous ensemble !
Quand, dans certaines autres AOP de France et de Navarre, les vignerons vivent un peu repliés sur leur propriété, le sens du collectif n’est pas qu’une formule à propos du Minervois. Une petite visite à la Maison des Vins, joliment située au bord du Canal du Midi, à Homps, en est une preuve : cette vitrine accueillante, également visible via son site de vente en ligne maisondesvinsduminervois.com, abrite une ou plusieurs références de la quasi-totalité des domaines de l’appellation. De même, une grande majorité des vignerons jouent le jeu de plusieurs événements dans l’année. Le plus emblématique ? Les Tastes en Minervois, organisés le premier week-end de septembre, attire les foules autour de différents espaces conviviaux dédiés au vin et à la restauration.

Minervois
© Photographie LCVision

Loin de se reposer sur ses lauriers ou de s’endormir à la chaleur du climat languedocien, le Minervois s’ouvre, bouge et se pousse vers le haut.

De nombreux « chantiers » sont engagés, dont celui d’une nouvelle hiérarchisation de ses vins : en plus de l’appellation Minervois, quatre dénominations géographiques complémentaires sont en cours de validation par l’INAO, ainsi que la création de l’équivalent de « grands crus » autour de différents lieux-dits. Claude Derroja, vigneron au domaine le Cazal et vice-président du cru Minervois y voit plusieurs avantages : « en plus de la vitalité induite par l’installation de jeunes et l’arrivée de néo-vignerons, cela crée de l’émulation, des réflexions et un dynamisme très porteur »…

Qu’on se le dise, le Minervois n’a pas fini de nous régaler !

Le Minervois, au galop !

Maison des vins du Minervois
35, quai des tonneliers,
11200 HOMPS
04 68 91 29 48 // contact mail
Written By
Plus d'articles de Pierrick Jégu

Frédéric Palacios,
au nom de la Malepère

Ajouter cette recette à mon carnet de recettes Oubliez les clichés sur...
Read More