180°C des raisins et des hommes – spécial vins 2022

22,00 

180°C Spécial vins, le millésime 2022 !

Nouveau millésime de notre spécial vins 180°C, et pas moins de 192 pages pour vous emmener à la rencontre de ces hommes et femmes qui font le paysage viticole tricolore, qu’ils soient jeunes, comme ce sympathique couple du Minervois parti de presque rien et qui donne naissance à son premier millésime ; ou plus aguerris, à l’instar de Benoît Danjou, fervent défenseur de l’agroforesterie et indéfectible gardien des rancios secs du Roussillon depuis 20 ans. En suivant ce fil rouge du bon sens paysan auquel nous sommes particulièrement attachés, nous irons aussi dans la Vallée du Rhône, à la rencontre de Jean Louis Chave, 16ème génération d’une famille de vignerons. Tandis que dans le Beaujolais, c’est la famille Dutraive qui vous accueille au sein de son domaine de la Grand’ Cour… Bien évidemment, tout cela n’est qu’un mince aperçu des nombreux et surprenants rendez-vous vinesques proposés dans ce tout nouveau millésime de notre jajazine annuel, à déguster sans aucune modération !

Description

LoadingAjouter cette recette à mon carnet de recettes

Rien n'aura été épargné aux vignerons

Après les terribles épisodes de canicule ou de sécheresse et ceux du gel en 2017, 2019 et 2021 – le pire des trois –, c’est la grêle qui s’est invitée en 2022 ravageant, dans un premier temps, certaines vignes de Gironde, de Dordogne, des Landes et du Gers puis, dans un second temps, celles de Savoie avec, par endroits, des pertes supérieures à 90 %, du Beaujolais et certaines parcelles de Bourgogne.

Que faire face à ces années compliquées qui se répètent ? Nombre de vignerons pensent qu’il est temps de trouver des solutions – et pas seulement du côté des assurances – car tous ces phénomènes sont trop récurrents, trop violents et les systèmes de lutte ne fonctionnent plus vraiment. Ici et là, de nouvelles technologies fleurissent, des lampes antigel, des ombrières photovoltaïques, des filets anti-grêlons… Mais, outre le coût que seuls quelques vignerons peuvent se permettre de financer pour s’équiper, ces technologies n’empêcheront pas l’arrivée d’une vague de froid, la formation d’une tornade ou un épisode de canicule pendant lequel les raisins sont soumis, par endroits, à des températures de 45 °C comme en juin 2019 et 2022.

La solution est-elle du côté de nouvelles pratiques culturales ? On parle ici et là d’agroforesterie – replanter des haies et des arbres dans les vignes –, de réduction des labours qui participent à l’érosion des sols, de baisse drastique des herbicides qui mettent les sols à nu, de complantation, de plantation de vigne en pergola, de palissage en hautain, de cépages plus adaptés au changement climatique avec notamment des variétés qui bourgeonnent plus tardivement. Partout en France, des vignerons font des essais et des fermes expérimentales lancent des vignes-test. Les premières observations sont encourageantes. Et, même si un arbre récemment planté dans une parcelle ne fera de l’ombre à la vigne que dans quelques années, il n’est pas nécessaire d’attendre les observations et les conclusions. Il faut agir et vite.

Seul point positif de ces phénomènes climatiques dramatiques, l’entraide et la solidarité entre vignerons. Quand un vigneron perd tout ou presque, il se tourne vers ses amis qui lui vendent ou lui cèdent des raisins. Et voilà que le vigneron habitué à vinifier du gamay se met à proposer une cuvée de carignan, quand le défenseur du chenin met sur le marché une cuvée de cabernet franc. Ça ne règle pas les problèmes, mais ça met un peu de beurre dans les épinards et cela met en joie les amateurs qui contribuent,

Philippe Toinard, rédacteur chef de 180°C

Informations complémentaires

Poids 780 g
Dimensions 28 × 21 × 1.6 cm
Date de parution

22 septembre 2022

Pagination

192 pages sans publicité