Zahia : destockage massif

Dans Zahia, tout est bon : l’échine, les côtes, le filet et surtout le jarret, si moelleux et subtil. Et tout est à vendre sur l’étal… Il suffit de se pencher, le choix ne manque pas et il y en a pour toutes les bourses.

Dans Zahia, tout est bon : l’échine, les côtes, le filet et surtout le jarret, si moelleux et subtil. Et tout, est à vendre sur l’étal… Il suffit de se pencher, le choix est abondant et il y en a pour toutes les bourses.

On peut même satisfaire les sportifs, gourmets en diable, dont on sait bien l’exigence en matière de bonne chair. Donc, merci pour cette générosité, peu en sont capables…Et merci mille fois, aussi, pour le fou rire général de la rédaction ! Fabrice, notre DA a eu un coup de génie dont il est coutumier et rebaptisé l’affiche : « Et mon cul c’est du jarret ? » (Zahia : le jarret, c’est le mollet, pas les fesses !) Bravo l’artiste !

Dans une autre veine, il a eu aussi « Dans Zahia, tout est bon » ou « On salive tous pour Zahia » et encore « Mais où est passée la cervelle ? »… Mais toutes ces blagues de potaches ne doivent pas éclipser le fond et Zahia, de ses formes ultra-rebondies devant lesquelles tremblent nos plumes, pose une vraie bonne question. Le régime sans viande strict ? Pourquoi pas, mais c’est aller un peu loin, peut-être. car de nombreux éleveurs et artisans bouchers, loin des tuyaux de l’industrialisation infernale savent proposer de merveilleux produits…

Manger moins de viande en privilégiant la qualité sur la quantité, en choisissant bien et en ne se contentant que du meilleur… Voilà un beau débat… Encore un mot, cette campagne est portée par l’association « Peta », bien connue outre-Atlantique… Péta, Zahia…Ah, magie des mots…

Plus d’articles de Stephan Lagorce

Tomate, reine de la belle saison

À quoi bon écrire cette fiche sur la tomate ? Tout a...
Lire l’article