Ferme du Bec Hellouin, la permaculture bio comme philosophie

Il existe des endroits insolites, reculés de nos sociétés, retirés du temps et de l’espace, où l’homme coexiste avec la nature dans une parfaite harmonie essentiellement construite sur le respect. La ferme du Bec Hellouin est l’un de ceux-là. Imaginée par Perrine et Charles-Hervé Gruyer, cette ferme biologique dont l’activité s’articule autour des préceptes de la permaculture est devenue la figure de proue d’une agriculture vertueuse, un modèle dont le couple partage les enseignements ad-hoc et qui inspire aujourd’hui bien au-delà de nos frontières hexagonales.

C’était pour le N° 5 de la revue 180°C, carnet en poche, les bottes aux pieds et un appareil photo en bandoulière, nous avions taillé la route direction le bocage normand, à la découverte de ladite Ferme du Bec hellouin, où les Guyer nous attendaient. Perrine et Charles, heureux propriétaires de l’endroit, ne sont pourtant pas du sérail. La terre, ils y sont venus plus tard, après avoir mené d’autres existences professionnelles.

D’autres vies que la leur
Lui, a passé 20 ans de sa vie à parcourir le monde sur son voilier-école. Au gré des mers et autres océans, il côtoie les peuples premiers d’Océanie, d’Afrique et d’Inde et à leur contact il comprend une chose essentielle :

Pour être son propre maître, il faut s’adapter à la nature qui seule décide.

Elle, embrasse une carrière de juriste internationale, mais après plusieurs années passées en Asie, elle réalise que cette vie ne lui correspond pas tout à fait. Tous deux sentent en eux cette terre qui les appelle, le besoin pressant de reconnecter avec la nature, avec l’essentiel et d’offrir un autre cadre de vie à leurs enfants. Charles et Perrine décident alors de jeter l’ancre en Normandie, définitivement, pour accoster sur ce bout de terre à l’époque peu fertile. Au même moment, ils découvrent la permaculture et se passionnent pour cette philosophie pragmatique jardinière venue d’Australie, un concept encore très confidentiel à l’époque. Peu à peu, le projet prend forme et dès 2006, le potager familial se mue en exploitation maraîchère. Le couple dévore moult ouvrages sur les pionniers de la permaculture, du maraîchage et affine sa vision d’une ferme dont l’activité s’inscrirait en totale harmonie avec la nature environnante. Beaucoup de travail sera nécessaire, de la patience aussi, pour créer cet immense potager qui sort de terre sous forme de mandala, ces vergers composés comme des tableaux, ou encore ces mares qui feront bientôt la joie des batraciens…

Un jardin d’Eden en permaculture
Classée en zone Natura 2000, la ferme du bec Hellouin bénéficie d’un cadre idéal, bordée d’un côté par une forêt comestible qui la protège des vents dominants et de l’autre, par une rivière à l’état sauvage. Tout est là. Les Guyer, nourris par leurs lectures, pétris par les riches enseignements qu’ils y ont trouvé en matière de permaculture, se lancent dans l’aventure. Ils expérimentent, avancent à tâtons, se trompent parfois, ajustent, personnalisent et finissent par trouver leur équilibre. L’emploi du fumier de cheval, la culture sur butte, qui permet de repiquer les semis à différentes hauteurs selon les besoins et d’obtenir ainsi une rotation des cultures bien plus élevée qu’en agriculture mécanisée, les paillis réalisés à partir du désherbage manuel des allées. Mais aussi l’utilisation des « couches chaudes », ces gros caissons de 60 cm de hauteur remplis de terreau et de compost qui nourrissent la terre et conservent sa température à 25 °C l’hiver… En peu de temps les différentes méthodes employées ont porté leurs fruits et cette terre, si pauvre à leur arrivée, est devenue riche et fertile, abondante et généreuse.

ferme du Bec Hellouin -Permaculture

Passion et transmission…
De fait, le travail ne manque pas et lors de notre passage, ils étaient 8, des jeunes comme des moins jeunes, à travailler sur la ferme dans une ambiance presque familiale, chacun d’entre eux affairé à une tâche qui lui a été assignée en fonction de ses affinités et de ses compétences.

Ici, l’aventure est avant tout humaine, on travaille dur, mais avec passion, on partage, on échange, on transmet, on essaime…

D’ailleurs, dès 2008 et devant l’intérêt grandissant que suscite leur aventure, Perrine et Charles ouvrent à la ferme une École de la permaculture, au sein de laquelle ils accueillent essentiellement des professionnels désireux de de créer leur micro-freme.  Au programme des formations théoriques et pratiques, dispensées sur une semaine, et directement inspirées des expériences qu’ils ont pu faire lorsqu’ils se sont lancés quelques années plus tôt. On y retrouve notamment des ateliers sur le maraîchage en permaculture bio, la forêt-jardin, la traction animale agricole…

Curiosité et inspiration
Preuve également que ce modèle éco-vertueux de ferme intrigue même aux plus hauts niveaux, la ferme du Bec Hellouin a fait en 2011 l’objet d’une étude de cas, menée par l’institut Sylva, en partenariat avec l’INRA, Agroparistech, la Sadapt (Sciences pour l’Action et le Développement : activités, produits, territoires) et la fondation Pierre Rahbi. Cette étude portant sur le rapport entre maraîchage biologique permaculturel et performances économiques a ainsi pu démontrer que sur une année, avec 1000 m2 cultivés et 2000 heures de charges de travail sur le terrain, on obtient une valeur récoltée de 50 800 € . Plus précisément, il serait donc possible de créer une activité en maraîchge biologique et permaculturel sur une surface cultivée raisonnable, en dégageant un revenu net supérieur à 1500 € par mois et en faisant appel à de la main-d’œuvre, rémunérée. Des résultats donc très encourageants qui nécessitent cependant de bien prendre en compte les spécificités de la ferme de Charles et Perrine. En effet, chaque projet de ferme maraîchère étant différent, les résultats le seront aussi.

Pour ce qui est de Charles et Perrine Guyer, le pari de leur micro-ferme expérimentale n’était pas gagné d’avance. Mais aujourd’hui, à force de travail, de patience, de réflexion, d’observation et avec la volonté chevillée au corps d’avancer dans le bon sens, de ne pas céder à la facilité, ils peuvent regarder fièrement le chemin parcouru avec  la ferme du Bec Hellouin. Et bien qu’ils n’aiment pas trop qu’on les érige comme modèles, force est de constater que leur projet suscite beaucoup d’intérêt, en France comme à l’étranger.

La prise de conscience qu’une autre agriculture est possible est en marche; ils en sont la preuve.

Une bonne nouvelle pour la Terre, une bonne nouvelle pour nous !

Retrouvez le reportage “Ta mère la terre” que nous avions réalisé dans le N° 5 de la revue 180°C

Ferme du Bec Hellouin, la permaculture bio comme philosophie

Ferme biologique du Bec Hellouin
1, sente du Moulin au Cat
27800 LE BEC HELLOUIN
www.fermedubec.com
More from Olivier Pascuito

Vignerons en Seine 2016 : embarquement immédiat !

Pour la 7 ème année consécutive, l’évènement Vignerons en Seine jette l’ancre...
Read More