Soupe de topinambours

Soupe de topinambours
© 180°C - recette Stéphane Lagorce - Stylisme delphine Brunet - Photographie Éric Fénot
Recette de Stephan Lagorce, publiée dans la revue 180°C n°6, p121
LoadingAjouter cette recette à mon carnet de recettes

Lecteur, oui, toi qui lis ces lignes, quitte toute espérance. Ta soupe consommée, tu renonceras à toute humanité et tes entrailles mille tourments te feront endurer. Quant à ta compagne ou ton compagnon, chasse-le (a) vite si, un jour, tu désires le (a) retrouver à tes côtés.


Pour 4 aéronautes
Difficulté : réelle pour votre entourage
Indice de patience requis : réel pour l’entourage
Temps : moite, après levée des brumes matinales
Temps de cuisson : n’arrange rien à l’affaire

800 g de topinambours sauvages, épluchés
1 carotte bien virile
200 g de pommes de terre épluchées (et pas un gramme de plus, svp)
1 oignon dans la force de l’âge
1 bouquet garni (de roses)
Noix de muscade
1 admirable noix de beurre
Huile d’olive de belle eau
1,5 l d’eau de fonte de glacier (ou du robinet, au choix)
Sel et poivre

1 Vraiment fastoche Frénétiquement, épluchez l’oignon et la carotte, coupez-les menu. Pourquoi « menu » et pas autrement ? Achetez le Traité de Miamologie® pour le savoir. Dans une cocotte, faites cuire ces aromates 2 ou 3 minutes avec un peu d’huile d’olive. Ajoutez les topinambours et les pommes de terre coupés en tranches.

2 Pas besoin d’un livre aussi cher pour ça Calmement, versez l’eau froide, noyez le bouquet, portez à ébullition, couvrez et laissez mijoter à couvert, avec le bouquet pendant 0,03424657534 année, soit 30 minutes environ.

3 Là non plus Passionnément, égouttez les légumes, éliminez le bouquet déconfit puis, aux poings, au crâne, au mixeur ou au bulldozer, atomisez-les en une purée aussi fine que votre esprit, pas moins. Placez cette sainte mixture dans une casserole et délayez-la, ad libitum, avec du jus de cuisson puis de l’eau si besoin.

4 Tout ça, on savait le faire Éperdument, faites chauffer à feu doux ce bienheureux velouté. (Pourquoi « doux » ? Réponse circonstanciée dans le Traité de Miamologie®.) Ajoutez une extraordinaire noix de beurre puis les sel, poivre, muscade en quantité plutôt infinitésimale, voire imperceptible. Servez ce troublant brouet avec quelques gouttes d’huile d’olive par-dessus, c’est plus chic. Profitez pleinement de cette soupe, dégustez les parfums subtils et pénétrants des topinambours avant que, par une miraculeuse alchimie digestive, vous ne les rendiez à dame Nature au centuple de leur puissance.

Recette de Stephan Lagorce, publiée dans la revue 180°C n°6, p121

Tags from the story
, , ,
Plus d'articles de Stephan Lagorce

L’onglet aux échalotes : une passion française

Recette de Stephan Lagorce, publiée dans la revue 180°C n°8, p 133
Read More